Les étapes du jeûne

La décision

Elle peut faire suite à

  • Une prise de conscience d’une suralimentation, d’un encrassement

  • Un besoin d’une pause suite à une crise ou une maladie

  • Le refus d’une dépendance (médicament, alcool, tabac…)

  • Une envie de réguler son poids

  • Une envie de prendre en main sa santé

  • Une envie d’explorer de nouvelles voies

  • Etc…

C’est une décision personnelle et volontaire indispensable pour que je jeûne soit vécu au mieux.

Le jeune est une pratique accessible à condition de respecter certaines règles. Toutefois il est préférable d’être accompagné d’une personne expérimentée pour la première fois afin de comprendre les réactions de notre corps, d’agir en conséquence et d’être rassuré.

La préparation

Afin de vivre au mieux le jeûne il est recommandé une descente alimentaire progressive sur la semaine qui précède le jeûne.

L’entrée dans le jeûne, c’est-à-dire les 3 premiers jours, constitue la phase la plus délicate.

Le corps doit s’habituer à se nourrir de l’intérieur et cette bascule se fait d’autant mieux que les apports en matières toxiques et en aliments ont été faibles les jours précédents l’entrée dans le jeûne.

Le jeûne lui-même                   

L’arrêt de l’alimentation va diminuer le transit intestinal. Il est conseillé en début de jeûne de réaliser une purge pour vider l’intestin et éviter ainsi que des déchets ne stagnent  trop longtemps et ne viennent intoxiquer le sang et provoquer des maux de tête.

 

Pendant les 2 ou 3 premiers jours le corps met en route sa stratégie de survie pour s’adapter et se nourrir de l’intérieur. Il va d’abord puiser directement dans ses réserves de sucres puis recycler toutes les structures protéiques mobilisables pour trouver les nutriments dont il a besoin et éliminer les déchets.

C’est là que le corps réagit et que des effets indésirables peuvent apparaître comme des  maux de tête, vomissements, palpitations, étourdissements…

Si la descente alimentaire a été respectée, que la purge a été faite, que l’activité physique est douce, que la personne est détendue et confiante  alors l’entrée dans le jeûne devient confortable et sans trop d’effets indésirables.

Ensuite le corps va puiser dans ses graisses et sortir du stress des premiers jours : le jeûne est alors « installé ».  

La phase suivante est plutôt agréable et peut devenir euphorisante, avec de l’énergie et du temps disponible :

  • pas d’énergie à dépenser pour la digestion

  • moins de besoin en sommeil

  • pas de repas à prévoir et cuisiner, c’est « open bar », le corps puise dans ses réserves en fonction de ses besoins

  • une perception affinée des informations sensorielles

  • un lâcher-prise par rapport à notre instinct de survie qui nous pousse à manger

 

Ce peut être l’occasion de faire une pause, un point personnel, de s’ouvrir à la dimension spirituelle du jeûne ou à la dimension du groupe.

 

La réalimentation

Afin de garder les bénéfices du jeûne nous proposons une reprise alimentaire progressive.

La reprise alimentaire se fait progressivement car les organes mis au repos pendant le jeûne doivent reprendre leurs tâches doucement. Les réserves et la flore intestinale vont se reconstituer petit à petit. La capacité digestive  va reprendre progressivement.

Il ne faut donc pas brusquer le corps par une reprise trop riche et trop volumineuse.

On gardera un rythme de reprise équivalent à celui de la descente sur une semaine.

La prise de probiotiques aidera à reconstituer la flore intestinale.

La Funambule : Le Chardonneret – 10220 Rouilly Sacey  

03 25 42 86 21 – 07 83 20 33 32  lafunambule10@gmail.com

La Funambule est membre du réseau VitaDétox

  • Facebook Social Icon